Les tribunes d’expression politique

En application de la loi du 2 février 2002 relative à la démocratie de proximité, un espace d’expression est réservé aux groupes politiques composant le conseil municipal. Les textes, informations et chiffres publiés engagent l’unique responsabilité de leurs auteurs et reflètent leur seule opinion.

Date : 1er novembre 2019

EXPRESSION DES ÉLUS DE GAUCHE

UNE PAGE SE TOURNE
Clap de fin au Carré Sévigné pour la directrice de l’action culturelle !
En 2008, une des premières décisions de la nouvelle municipalité de gauche a été la création d’une Direction de l’Action Culturelle. La directrice recrutée a donc participé à l’élaboration de la politique culturelle, sa mise en œuvre et son évolution, manager, organiser et coordonner les services culturels (trois écoles d’enseignement, une médiathèque, une galerie d’exposition, deux scènes de spectacles). Elle n’a eu de cesse, au fil des années, de promouvoir la création artistique et l’éclectisme de la programmation. Un devoir d’exigence toujours mainte-nu et le souci permanent de propositions inscrites dans notre temps et portées par des créateurs, des artistes de qualité. Nous regrettons le départ de Carole Lardoux et déplorons une gestion comptable de la politique culturelle à Cesson-Sévigné.
Le monde contemporain est marqué par l’individualisme et par le consumérisme généralisé dit-on. Le citoyen rêvé par Condorcet cède la place au consommateur… et la culture à l’éphémère du divertissement. Il nous faut donc, sans cesse, être vigilant et attentif à cette évolution de la société. Plus que jamais peut-être l’acte artistique, la création doivent être soutenus. L’artiste bouscule le monde, le questionne, et nous oblige au regard oblique. L’artiste décentre nos approches. Pour comprendre ce monde, les questions de l’artiste nous sont indispensables. Il n’y a pas, il n’y a jamais eu, de démocratie sans artistes. « Les hommes sont comme les plantes, qui ne croissent jamais heureusement, si elles ne sont bien cultivées. » (Montesquieu).
Les programmations des saisons successives ont participé, humblement, à cette croissance et au développement de chacun et chacune. Nous avons, pour notre part, toujours voté favorablement lors de ce mandat, aux différents projets artistiques et culturels. La culture ne sert pas qu’à occuper le temps libre ni à briller dans les réunions. Elle sert à vivre mieux ! Porter la créativité, l’émotion, l’audace, le plaisir au cœur de la ville et dans le quotidien de nos vies telle doit être la volonté des élus. La culture c’est du service à la personne : les artistes, ces transmetteurs d’humanité y contribuent largement.
Le vivre ensemble se nourrit d’actes culturels. Creuset de la citoyenneté, source d’épanouissement social et intellectuel, d’émancipation et d’ouverture sur le monde, la culture joue un rôle majeur dans le mieux-être des habitants, dans le tissage de relations intergénérationnelles. Aujourd’hui, il nous semble important de rappeler la place que la culture doit prendre dans toute politique publique. De quoi sera faite demain la culture à Cesson-Sévigné ?

L’ÉPICERIE SOCIALE
Notre rôle d’élu.e.s d’opposition est de peser afin que l’épicerie sociale réponde au mieux à ses missions au-près des bénéficiaires. C’est pourquoi, des solutions ra-pides pour mettre un terme au conflit qui perturbe le fonctionnement de l’association La Passerelle doivent être trouvées. Chacun est concerné. La Passerelle as-sure un service social pour le CCAS communal dans des locaux prêtés et entretenus par la commune. La ville se doit donc de rétablir un fonctionnement respectueux des règles de gestion, des règles d’hygiène, de la charte des épiceries sociales et de la convention ville-association pour un service destiné aux populations les plus en difficulté. La récente décision du tribunal de grande ins-tance de Rennes doit être respectée, sans réserve.
Le groupe des élus de gauche est prêt, comme il l’a toujours été, à contribuer à cette médiation.

EXPRESSION DE LA MAJORITÉ

LA FIBRE OPTIQUE – MYTHE ET RÉALITÉ

Le CIM de 15 Juin 2012 annonçait : « 100 % des logements Cessonnais seront couverts avant l’année 2016 ». Monsieur Bihan, maire de la ville à cette époque, confirmait : « la fibre va irriguer notre territoire. Elle est attendue par un grand nombre de citoyens ». Pourtant en 2019, ce vœux reste à réaliser pour nombre de nos habitants. Qu’est-ce qui peut expliquer cette situation ?
En 2013, la Cour des comptes a publié un référé au su-jet des obstacles à la mise en œuvre de la politique de déploiement de la fibre. Elle y indiquait la frilosité des sociétés privées face à cette entreprise titanesque. Les coûts risquent d’exploser : 22 milliards d’euros pour le coût de la couverture en fibre optique des « 40 derniers pourcents de foyers français, dont 7 milliards au titre de la couverture des 5 derniers pourcentages de foyers ». Une très grande majorité de ces coûts sont imputables au génie civil. Dans les déploiements grand public, les zones urbanisées sont généralement privilégiées par les opérateurs privés, la couverture d’un plus grand nombre d’abonnés étant facilitée par la densité de population. Ces choix ne sont pas forcément en adéquation avec les besoins des habitants en matière de débit, la qualité de l’accès à Internet par le réseau téléphonique historique dépendant fortement de la distance aux centraux télé-phoniques.
De ce point de vue, Cesson-Sévigné est une ville où se côtoient des zones denses et moins denses. Entre le centre-ville et la campagne cessonnaise, les situations actuelles sont très différentes. Alors que certains ont déjà accès à la fibre et à l’internet haut débit, d’autres n’ont accès qu’à l’internet bas débit. Dans ces conditions, pas de BOX, pas de WIFI, pas d’offre « triple play » (téléphonie, internet, télévision).
Engagé en décembre 2011, le lot 1 prévoyait le déploie-ment de la fibre sur la rue de Rennes. En mai 2014, 14 % de cette zone était raccordable. Soit 1 457 points. Avec les efforts constants déployés par la Ville, 5 lots ont été mis en place qui couvrent la majorité du territoire de la commune. En avril 2018, la ville a dépassé les 80 % de logements raccordables, la plaçant en tête des villes les mieux fibrées de Bretagne. Nous progressons tous les jours et en juin 2019, c’était 90 %.
C’est un superbe résultat, mais cela ne peut pas satis-faire les 10 % encore privés d’accès. L’objectif métropolitain était d’atteindre 100 % d’accès fibre à l’horizon 2020. C’était sans compter sur la grande négociation qui a abouti en juin 2018 à un nouvel équilibre entre l’État, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) et les câblo-opérateurs. Le nouvel objectif n’est plus que de 92 % de dé-ploiement de la fibre fin 2020. Cela a un impact concret sur le déploiement dans les campagnes cessonnaises. Le déploiement de la fibre y était planifié en aérien, sur des poteaux télécoms. Cette solution a démontré sa validité dans plusieurs secteurs. Pour les hameaux moins denses, ou les maisons isolées dans la campagne, il sera difficile d’obtenir une date de finalisation de travaux avant 2020. Toutefois, la solution ultime pourrait venir de l’engagement d’Orange, qui permettrait, après décembre 2020, de contraindre l’opérateur en charge du déploiement de réaliser le raccordement sous 6 mois sur simple demande d’un abonné.

Christophe LOTZ, Adjoint au maire
Délégué à la vie citoyenne, la communication et aux nouvelles technologies

Nous regrettons le départ de Carole Lardoux. Elle a choisi d’évoluer dans sa carrière professionnelle, nous lui souhaitons le meilleurs dans sa nouvelle vie.
La programmation culturelle que nous avons fait évoluer chaque année, nous satisfait totalement. Nous avons conservé la qualité et l’exigence artistique à laquelle nous tenons tout particulièrement, mais elle n’est pas incompatible avec une bonne gestion comptable, c’est ce que nous avons démontré durant ce mandat. Le public ne s’y est pas trompé, présent de plus en plus nombreux, les spectacles affichent presque tous complet.
Nous souhaitons la bienvenue à Monsieur Borthelle et lui faisons confiance pour assurer le suivi de cette saison et la future programmation.
Développer et créer des évènements, partager des émotions, susciter des curiosités et nourrir des réflexions, notre souci permanent est de transmettre au plus grand nombre l’envie d’apprendre, de nourrir son corps et son esprit par la rencontre mais aussi par la pratique artistique et culturelle.

Annie LECUÉ
Adjointe au Maire
Déléguée à la Culture